Cote des voitures de collection : comment est-elle calculée ?


Image Principale
Citroën de collection
Paragraphe 1

Qu'est-ce qu'une voiture de collection

Ford Mustang d'époque, ancienne Lamborghini, 2CV Citroën ou Coccinelle rétro, les automobiles de collection sont autant un objet de convoitise pour les passionnés qu'un placement financier intéressant. Mais avant d'acheter une voiture de collection, il est bon de comprendre les ficelles de ce marché volatile, et comment est calculée la cote des voitures anciennes.

Pour rappel, tous les véhicules anciens ne sont pas considérés comme « de collection ». Pour obtenir cette appellation, les modèles doivent répondre à certains critères : être âgés de plus de 30 ans, avoir conservé leurs pièces d'origine et leur ligne de production doit avoir cessé. Certaines spécificités s'appliquent ensuite, comme le certificat d'immatriculation. La carte grise d'une voiture de collection permet de s’affranchir des contraintes de l’homologation nationale. Du fait de son faible usage, le contrôle technique d'un véhicule de collection s’effectue tous les 5 ans au lieu de deux ans pour les voitures neuves.

Paragraphe 2

Les facteurs déterminants la cote d’une voiture de collection

Pour une voiture classique ou auto-occasion, tout acheteur veillera à regarder trois critères principaux. D'abord la fiabilité de la marque et la qualité de sa mécanique ou la puissance de son moteur ; le kilométrage ; puis l'état général du véhicule. Le grand public comme les professionnels (concessionnaires ou compagnies d'assurance) se réfèrent à la cote Argus, qui calcule la cote de référence des véhicules d'occasion sur le marché français. Pour les automobiles de plus de trente ans, ces critères ne suffisent plus à définir un prix de vente. Certains modèles, même s'ils ne sont pas en très bon état, s'arracheront toujours plus rapidement qu'une ancienne voiture remise en état. C'est la loi de l'offre de la demande qui varie en fonction de la spéculation et des effets de mode des collectionneurs.

La marque et le modèle d'un véhicule de collection

La valeur du modèle de voiture dépend de la popularité actuelle de la marque sur le marché. Les voitures de prestige comme Ferrari, Porsche ou Maserati afficheront toujours des prix forts. Mais le seul nom du fabricant ne suffit pas. Un modèle peut être prisé à une époque, puis boudé la décennie suivante et voir ses offres d'achat s’effondrer. À l'inverse, des marques moins luxueuses voient leur cote auto grimper selon les tendances, comme actuellement, l'Austin Mini, la Citroën Mehari, l'Alpine A110 ou la Triumph TR6. Les voitures de collection cabriolet comme l’Alfa Romeo Spider 2000 ou la Jaguar Type E sont très prisées.

Des automobiles considérées comme populaires lors de leur année de mise en circulation sont aujourd'hui convoitées. Certaines voitures de collection Renault comme la Dauphine ou l'indémodable 4L ont le vent en poupe.

Paragraphe 3

La rareté de la voiture

C'est sans doute le critère le plus essentiel. Le marché de l'ancien ne fonctionne pas sur de la simple spéculation. Les passionnés fonctionnent au coup de cœur, mais aussi aux tendances. D'où son imprévisibilité et sa volatilité. Une chose est sûre, comme pour les œuvres d'art, plus la pièce est rare, plus elle est convoitée, et donc sa cote flambe. C'est le cas des séries limitées notamment, à l'instar de la Bugatti Royale, construite en seulement six exemplaires et qui vaut aujourd’hui autour de 40 millions d’euros. Ces modèles atypiques peuvent être présentés lors des rassemblements comme le Salon de l'auto Rétromobile Artcurial à Paris. Mais attention, lors des ventes aux enchères, la mise de départ peut sembler abordable mais s'envoler rapidement.

L'âge et l'état du véhicule

La règle du « plus c'est ancien, plus ça a de la valeur » n'est pas exacte. Les modèles sortis de la Belle époque, une Rolls Royce années 40 ou une fourgonnette d'avant-guerre sont considérées comme des pièces de musée et ne prendront plus de valeur. À l'inverse, les "youngtimers", ces modèles plus récents des années 1980 ou 1990, comme la fameuse Peugeot 205 GTI, voient leur cote grimper.

L'âge d'une voiture d'occasion est donc un critère variable. L'état du véhicule joue énormément. Les épaves même estampillées Bentley ou Mercedes Benz seront boudées.

Paragraphe 4

L'entretien et les pièces de la voiture de collection

Un amateur de véhicules anciens regardera de près le carnet d'entretien afin de vérifier les travaux restauration qui ont pu être effectués aussi bien sur le moteur lui-même que sur la carrosserie. Si les pièces d'origine comme l'embrayage ou le système de freinage ont disparu, la valeur tendra à baisser.

Les anciens propriétaires du véhicule de collection

Il s'agit d'un critère subjectif, mais qui a bel et bien une influence sur la valeur. Par exemple, une voiture sportive qui a remporté de trophées de rallye avec à son bord un coureur célèbre sera adjugée au prix fort comparée à sa voisine. Outre le sport automobile, la touche people peut jouer. La Ferrari 250 GT California Spider 1961, ayant appartenu à Alain Delon, a trouvé preneur pour la somme de 14,2 millions euros.


Date : 06/06/2019